effronterie

effronterie [ efrɔ̃tri ] n. f.
enfronterie mil. XIVe; de effronté
Caractère, attitude d'une personne effrontée. audace, impudence, insolence, sans-gêne; aplomb; fam. culot, toupet. Il a l'effronterie de soutenir ce mensonge. « Il la regardait avec une familiarité cynique, avec une effronterie audacieuse qui la fit rougir » (France). ⊗ CONTR. Modestie, réserve, respect, timidité.

effronterie nom féminin Attitude, comportement d'une personne effrontée ; impudence, sans-gêne. ● effronterie (synonymes) nom féminin Attitude, comportement d'une personne effrontée ; impudence, sans-gêne.
Synonymes :
- culot (familier)
- sans-gêne
- toupet (familier)
Contraires :
- réserve

effronterie
n. f. Hardiesse excessive, impudence.

⇒EFFRONTERIE, subst. fém.
Aspect, comportement d'une personne effrontée :
... comme son texte ne cadrait plus avec les aveux de l'accusé, Hilperik, poussant à bout la duplicité et l'effronterie, n'hésita pas à le falsifier, soit de sa propre main, soit par la main d'un de ses secrétaires.
THIERRY, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 163.
P. ext. Caractère effronté d'un acte. Elle rougit à la première question, pleura à la seconde, parce que l'effronterie de ces questions lui parut impudique (VIGNY, Journ. poète, 1837, p. 1058).
Avec effronterie. Synon. effrontément (dér. de effronté). Il aperçut, (...), sa hardie bohémienne qui débitait avec effronterie la bonne aventure à tous ceux qui tendaient la main (GOZLAN, Notaire, 1836, p. 145).
Prononc. et Orth. :[]. Pour [] cf. effronté. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Mil. XIVe s. enfronterie [impudentia] (Gloss. abavus, 4114 ds ROQUES, t. 1, p. 360). Dér. du rad. de effronté; suff. -erie. Fréq. abs. littér. :174.

effronterie [efʀɔ̃tʀi] n. f.
ÉTYM. Mil. XIVe, enfronterie; de effronté, et -erie.
Caractère, attitude d'une personne effrontée ou d'un acte effronté. Audace, hardiesse, impudence, insolence, outrecuidance, sans-gêne; aplomb, culot, toupet. || Audacieux, hardi jusqu'à l'effronterie. || Regarder qqn avec effronterie. || Nier avec effronterie. || Un masque d'effronterie (→ Abjection, cit. 2). || Il a l'effronterie de soutenir ce mensonge.
1 Un insolent qui a eu l'effronterie d'entreprendre (…)
Molière, l'Amour médecin, III, 2.
2 (…) celui qui préférant une sorte d'effronterie aux bienséances et à la pudeur (…)
La Bruyère, les Caractères, VII, 19.
3 Serait-ce par un effet de la pudeur et du mortel ennui qu'elle doit imposer à plusieurs femmes, que la plupart d'entre elles n'estiment rien tant dans un homme que l'effronterie ? ou prennent-elles l'effronterie pour du caractère ?
Stendhal, De l'amour, XXVI.
4 Victurnien avait cette effronterie de page qui aide beaucoup à l'aisance.
Balzac, le Cabinet des antiques, Pl., t. IV, p. 382.
5 Il la regardait avec une familiarité cynique, avec une effronterie audacieuse qui la fit rougir.
France, Jocaste, Œ., t. V, p. 58.
(Une, des effronteries). Littér. Action d'un effronté. || Ses effronteries continuelles le font détester de tous.
CONTR. Modestie, réserve, timidité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • effronterie — Effronterie. substantif feminin. Impudence. Estrange effronterie. c est un homme plein d effronterie. il n a que de l effronterie. il a eu l effronterie de le menacer …   Dictionnaire de l'Académie française

  • effronterie — EFFRONTERIE. s. f. Impudence. Étrange effronterie. Il n a que de l effronterie. Il a eu l effronterie de le menacer …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Effronterie — Effronterīe (frz., spr. ongt ), Frechheit, Unverschämtheit …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Effronterie — Effronterie, aus dem Franz., Keckheit, Frechheit, Unverschämtheit, namentlich im Behaupten, Läugnen, Widersprechen …   Damen Conversations Lexikon

  • EFFRONTERIE — s. f. Impudence. Étrange effronterie. Il n a que de l effronterie. Il a eu l effronterie de le menacer …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • effronterie — (è fron te rie) s. f. Acte d effronté. •   Le traître, dites vous, appelle mon voyage Du nom d effronterie et de libertinage, MAIR. Solim. II, 4. •   Il faut payer d effronterie, HAUTEROCHE Crispin méd. II, 6. •   D Aquin avait l effronterie de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • EFFRONTERIE — n. f. Caractère, attitude de celui qui est effronté. Son effronterie est extrême. Il a eu l’effronterie de la menacer. Il signifie aussi Manière d’agir, de parler de celui qui est effronté. Ses effronteries me pousseront à bout …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Effronterie — Ef|fron|te|rie* [ɛfrõ...] die; , ...ien <aus gleichbed. fr. effronterie zu effronté, vgl. ↑effrontiert> (veraltet) Unverschämtheit, Frechheit …   Das große Fremdwörterbuch

  • effronterie — nf. => Culot. A1) d une manière effrontée, avec effronterie : awé on fron de petâr (Annecy, Genève, Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • impudence — [ ɛ̃pydɑ̃s ] n. f. • 1511; lat. impudentia 1 ♦ Effronterie audacieuse ou cynique qui choque, indigne. ⇒ cynisme, effronterie. « On n a jamais débité des mensonges avec une impudence aussi effrontée » (Voltaire). Il a eu l impudence de se… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.